Expérience de mort imminente partagée

La preuve que l’on attendait ?

Lorsque l’expérience de mort imminente est partagée simultanément par des personnes, présentes au chevet du mourant, qui sont elles tout à fait en vie, et qui témoignent avoir vécu les critères d’une EMI (selon l’indice WCEI), comment ne pas confondre notre scepticisme à cette réalité objective ?

Est ce que le phénomène des EMI partagées, est le sésame qui permettra de démontrer la réalité d’un état de conscience non localisé dans le cerveau ?

NX72_08_NDE-partagees_light

Un médecin témoigne de l’expérience de mort imminente partagée qu’il a vécu

Interview du docteur Jean-Pierre POSTEL par l’Institut Suisse des Sciences Noétiques –
Un médecin témoigne de l’expérience de mort imminente partagée qu’il a vécu simultanément avec sa femme (médecin) et leur fils (infirmier) alors qu’ils sont au chevet d’un proche mourant.

« Les élèves à l’infirmerie scolaire : identification et orientation des jeunes a haut risque suicidaire »

Enquête de Marie Choquet, épidémiologiste, et Xavier Pommereau, psychiatre

« Les élèves à l’infirmerie scolaire », enquête menée auprès de 21 établissements scolaires de Gironde (8 collèges, 8 lycées d’enseignement général, 5 lycées d’enseignement professionnel) comprenant deux parties principales : 1°/les consultants de l’infirmerie scolaire ; 2°/les suicidants à l’infirmerie, le présent document ne détaillant que cette dernière partie. L’enquête a inclus près de 1000 élèves âgés de 11 à 21 ans. Elle s’est déroulée en mars et avril 2000.

Dans le cadre de son projet pédagogique global, RD Supreniro propose d’établir un lien numérique, entre le livret scolaire traçant les séances du plan de formation suivies durant le cursus étudiant de 7 ans à 25 ans, et l’application “Mon espace santé”, dans le but d’établir l’influence d’une culture de prévention du suicide dès l’enfance, sur le taux de tentatives de suicide tout au long de la vie.

Consulter le Plan de formation RD Supreniro ICI
2021JeunesVsSuicide-etude-choquet-pommereau

Expérience de mort imminente (EMI) et suicide : le choc ontologique qui change tout.

D’après un article de Pascal le Maléfan – janvier 2018

low-angle photography of white building

RD Supreniro vous partage un article très intéressant de Pascal le Maléfan (Psychologue, Psychanalyste, Professeur de psychologie clinique, université de Rouen) qui pose un corollaire entre EMI et récidive de l’acte suicidaire.

La clinique des suicidants rapportant avoir vécu une expérience de mort imminente, n’étaye pas de théorie selon laquelle “vivre un état de mort” protégerait de la récidive, cependant certains expérienceurs reconnaissent que ce vécu subjectif a redonné un sens à leur vie.

Mieux connaître la conscience, à travers les témoignages d’expériences de mort imminente, les recherches expérimentales, peut-il participer à la prévention du suicide, avant même toute première tentative ?

PDF Embedder requires a url attribute EMIetsuicide

Le suicide, pourquoi il faut en parler.

La parole soulage !

https://www.rts.ch/audio-podcast/2021/audio/le-suicide-pourquoi-il-faut-en-parler-25386319.html

Emission du 27 mai 2015 sur la chaîne RTS (Radio Télévision Suisse, site : rts.ch)

Dans ce reportage, les éclairages des spécialistes font échos aux témoignages d’hommes et de femmes qui ont tenté de mettre fin à leurs jours mais aussi de personnes qui ont perdu un proche à la suite d’un suicide.

Miviludes

Rapport d’activité et études 2018/2020

La Miviludes observe et analyse le phénomène sectaire, coordonne l’action préventive et répressive des pouvoirs publics à l’encontre des dérives sectaires, et informe le public sur les risques et les dangers auxquels il est exposé. Accès au site ICI

1627466965215

Loi relative à «l’interdiction des violences éducatives ordinaires»

La France devient le 10 juillet 2019 le 56éme pays à interdire les châtiments corporels sur les enfants

Le 119, c’est le numéro gratuit d’aide pour les enfants en danger

Un projet de loi voté presque à l’unanimité.

Depuis deux siècles en France, la chambre criminelle de la Cour de cassation reconnaissait aux parents et aux éducateurs un « droit de correction ». En 1958, le droit de correction paternel a été supprimé du Code civil, cependant, la jurisprudence du droit de correction coutumier a perduré.

Après avoir été condamné par le Conseil de l’Europe en 2015  pour ne pas avoir encore interdit les châtiments sur les enfants (Violences, fessée, gifle, tirage d’oreilles…), le Parlement français a adopté la loi relative à « l’interdiction des violences éducatives ordinaires » le 10 juillet 2019

Proposition de loi n°2244 de Mme Edwige Antier

« L’enfant a droit à une éducation non violente. Aucun enfant ne peut être soumis à des châtiments corporels ou à toute forme de violence physique ».

Le texte de loi sur l’interdiction des violences éducatives ordinaires est adopté à main levée à l’unanimité le 10 juillet 2019.
Il est inscrit dans le Code civil, à l’article lu à la mairie lors des mariages, que “l’autorité parentale s’exerce sans violences physiques ou psychologiques”.

Un bilan accablant

Le secrétaire d’État comme la plupart des orateurs ont dressé un bilan accablant des conséquences souvent durables des violences exercées sur l’enfant et sur l’adulte en devenir : Baisse de l’estime de soi, augmentation des comportements antisociaux…
C’est un facteur de risque de crise suicidaire. En France, un enfant entre 5 et 14 ans met fin à ses jours tous les 12 jours environ.

Risques en cas de non respect de la loi :

la loi ne concerne que les titulaires de l’autorité parentale, ainsi que les assistantes maternelles. Toutefois, si ce droit n’est plus reconnu aux parents, il ne doit donc plus l’être aux autres adultes.

  • Être signalés à la police,
  • Les services sociaux peuvent retirer la garde de l’enfant,
  • Prescription d’un stage ou d’une formation (par exemple, stage de responsabilité parentale),
  • Réparation du dommage subi,
  • Mesure d’éloignement,
  • Cinq ans d’emprisonnement et à 75 000 euros d’amende dans les cas les plus graves.

Thierry BECCARO devient ambassadeur UNICEF FRANCE

L’animateur et comédien, devenu écrivain en témoignant de son enfance difficile, a été nommé ambassadeur d’UNICEF France, à son retour de mission en Côte d’Ivoire.
Publié le 08 avril 2019© UNICEF/UN0285088// Frank Dejongh Lire l’article ici

“Un enfant protége ses parents, même s’il est battu”.

“Un enfant n’a pas les moyens et les mots pour demander de l’aide”.

“Un enfant maltraité va devenir un adulte fragile, en manque de confiance en soi, sujet à une peur indicible”.

YouTube player
Chaîne You Tube BRUT, Thierry Beccaro témoigne

Pour aller plus loin

Bientôt un numéro national de prévention du suicide

Reportage de Cécile Bidault de France Bleu Nord. (29/03/21)

Le CHU de Lille a été choisi par le gouvernement pour coordonner la création du futur numéro national de prévention du suicide. Un numéro de téléphone qui sera activé le 10 septembre 2021. Il pourra être appelé par des personnes qui ont des idées suicidaires, et leur entourage.

Quand le cinéma fait l’autopsie du choix de mourir.

Les salles de cinéma rouvrent en ce 19 mai 2021, et c’est avec enthousiasme que j’ai pris mon billet pour voir le dernier film d’Albert DUPONTEL « Adieu les cons ».

Quelle ne fut pas ma stupéfaction aux dernières images du film !

J’ai quitté la salle, encore plus déterminée à œuvrer au développement d’une culture de prévention du suicide !

YouTube player

Enquête nationale sur la santé mentale des jeunes enfants

Au printemps 2022, Santé publique France lancera, avec l’appui des ministères chargés de la Santé et de l’Éducation nationale et des acteurs agissant auprès des enfants et des jeunes, une enquête visant à produire des indicateurs de santé mentale chez les enfants de 3 à 11 ans en France métropolitaine et dans les DROM.

Crédits Pixabay

Source site Santé Publique France –
En lire plus ici

Troubles psy, légers à modérés : le nouveau dispositif du gouvernement

Forfait psy pour les enfants et les adolescents

 Crédit Pixabay

Ce dispositif d’accompagnement psychologique* dans le contexte de la crise sanitaire, s’adresse aux mineurs.

Il s’agit de la prise en charge financière de dix séances chez un psychologue, pour les enfants de 3 à 17 ans.
Les professionnels de l’enfance alertent sur la hausse des pensées suicidaires dans cette catégorie de la population.
Emmanuel Macron a annoncé ce plan de prévention destiné à faire le point et traiter les troubles psychiques liés à la crise sanitaire de la Covid-19.
Source France Info du 04/05/2021

* mai 2021 à janvier 2022

Hausse des primo consultations en pédo psychiatrie

Des professionnels de santé alertent sur la hausse importante des primo consultations pédopsychiatriques, dans le contexte de la crise sanitaire. Comment accompagner ces jeunes, pour qu’ils fassent le choix de vivre, malgré l’isolement, la rupture avec le cercle amical, l’anxiété de transmettre le virus à leurs proches, l’arrêt des activités culturelles et sportives ? Comment redonner du sens au quotidien ? 
Pédopsychiatrie - Charles Perrens Bordeaux
Image extraite du livret d’accueil du Pôle Universitaire de Psychiatrie de l’Enfant et de l’Adolescent (PUPEA)

Bordeaux : flambée des hospitalisations de jeunes adolescents en psychiatrie à Charles-Perrens

Article du 15/04/2021 de America Lopez – Lire l’article

A propos de la crise sanitaire 2019

Image par Free-Photos de Pixabay 

La pandémie de Covid-19 exacerbe certains facteurs de risque des crises suicidaires, et les associations d’écoute ainsi que les professionnels de santé alertent sur l’effet rebond auquel il convient peut-être de s’attendre sur les mois à venir.

La pandémie de Covid-19 exacerbe certains facteurs de risque des crises suicidaires, et les associations d’écoute ainsi que les professionnels de santé alertent sur l’effet rebond auquel il convient peut-être de s’attendre sur les mois à venir.
Cependant, en l’absence de données randomisées, il est impossible d’établir un prévisionnel, d’autant plus que dans le contexte d’urgence sanitaire mondial, les ressources cliniques et économiques sont prioritairement investies dans les secours de première urgence.
Bien que la situation mondiale soit anxiogène, touchant toutes les populations, tous les âges, il convient de considérer que, compte tenu de – la fermeture des écoles, le télétravail, le chômage partiel – les facteurs de risque liés aux harcèlements scolaires, à l’épuisement professionnel et le stress associé à l’insécurité économique sont régulés en France.
Il convient d’être extrêmement prudent avec un modèle prévisionnel qui ne retient que les facteurs de risque sans tenir compte des facteurs de compensation.
Certes, le confinement prolongé, l’isolement, la perte de liens sociaux, la distanciation sociale, la perte d’emploi liée à la pandémie, le stress des professionnels en première ligne, peuvent impacter la santé mentale.
Le deuil d’un proche, auquel s’ajoute parfois la douleur de ne pas avoir pu l’accompagner en réanimation, ou de ne pas avoir pu assister à ses obsèques du fait des restrictions sanitaires, renforce la détresse contextuelle.
Cependant, nombreux sont ceux qui ont pu à cette occasion, découvrir que l’on pouvait apprendre à vivre autrement. Il est fait de plus en plus mention d’un « monde d’après », l’inconscient collectif se prépare déjà à un changement de paradigme. 
Il semble que cette pandémie nous ait donné un regard nouveau sur l’essentiel, sur le sens de la vie. D’une absence de connaissance du virus, de son vecteur de transmission, face aux normes sanitaires imposées et jugées le plus souvent inadéquates et disruptives, face aux protocoles thérapeutiques décriés et contestés, l’on assiste progressivement, à une volonté de plus en plus marquée de vivre autrement.
Ainsi, faire le choix de vivre, repose chaque jour sur la certitude que nos espoirs de vaincre la souffrance physique et/ou morale est possible. C’est ce « possible » que je souhaite vous soumettre, à travers mon engagement dans le développement d’une culture de prévention du suicide.